En pratique

« Garde toujours dans ta main la main de l'enfant que tu as été. »
Miguel de Cervantès

La Tehima en pratique

Donner corps aux lettres

La Téhima se pratique debout, partout, dans une salle ou dans la nature, seul ou en groupe.

On écrit une lettre, un mot ou l'alphabet complet. Le rythme est souvent lent pour permettre aux fascias, aux muscles, au squelette, aux méridiens de bien s'étirer, au souffle de bien oxygéner les tissus et au mental de trouver une paix profonde.

Cependant certaines lettres comme le Zayin, qui symbolise l'épée, peuvent être pratiquées avec vivacité comme un art martial.

Chaque lettre est abordée dans son aspect physique, énergétique symbolique, calligraphique et philosophique. On commence toujours par l'ancrage du corps en trouvant les points d'appuis, on visualise la forme de la lettre ainsi que sa résonance anatomique.